Gallia

La brasserie Gallia est LA brasserie historique de Paris depuis 1890. Autrefois brassées dans le 14e arrondissement, les bières le sont aujourd’hui à Pantin, dans le nouveau Grand Paris. La marque, reprise en 2009 par Guillaume Roy et Jacques Ferté, crée des bières avec le savoir-faire ancestral de la brasserie en s’inspirant du nouveau phénomène « craft beer » : une production en petite quantité, une indépendance vis-à-vis des grands groupes et des produits de qualité sans additifs. La bière participe à l’identité d’un territoire comme la Pietra en Corse, La Goudale dans le nord et comme en France on n’est pas les derniers à lever le coude, on a maintenant la Gallia à Paris !

 

Gallia gang

 

Gallia, en une phrase, un mot, une expression, une blonde ?

Gallia en une expression : c’est le craft en français.
Je dirais certainement pas une blonde puisqu’au cœur de ce qu’on fait aujourd’hui, c’est la déconstruction de cette dénomination « couleur » (blonde/rousse/ambrée) qui ne dit pas grand chose sur le style/appellation de la bière.

 

Pourquoi avoir repris l’enseigne Gallia plutôt que de créer une nouvelle marque ?

Reprendre une brasserie, c’est faire revivre un imaginaire, un passé.  Et pas n’importe lequel : c’est ressusciter une brasserie parisienne historique qui se retrouvait sur la table d’une grande majorité de Parisiens dans les années 20.

 

Avec 4 bières permanentes, 3 saisonnières et plein de petites éphémères, comment trouvez-vous vos nouvelles recettes ?

Brasser une bière, c’est comme cuisiner un plat ! Il suffit de changer un ingrédient et la recette n’est plus vraiment la même. Les possibilités sont infinies, les ingrédients aussi… C’est comme ça qu’on s’amuse à brasser tout le temps de nouvelles bières !

 

Comment vous démarquez-vous par rapport aux grands groupes ?

Par le goût de nos bières, qui ne sont ni filtrées ni pasteurisées. Nous brassons les bières qu’on a envie de boire, on passe beaucoup de temps à sourcer et à travailler nos recettes. Il y a presque une dimension militantiste dans ce que l’on fait : on veut que tout le monde puisse boire de la « bonne » bière et non des bières fades.

 

Vous avez une identité visuelle belle et forte : c’est qui qu’a fait ?

Depuis un an, on travaille sur le renouvellement de l’identité de Gallia ! C’est un chantier excitant puisqu’on cherche à donner un nouveau souffle à l’identité visuelle de la marque qui correspond aussi à nos envies actuelles. Elle sera rendue publique en Janvier, on a hâte !

 

Un souvenir de bière qui vous a donné des palpitations ?

Je pense que c’était il y a quelques années à Rome dans un tout petit bar connu pour ses bières artisanales. Je me suis rendue compte à quelle point une bière est capable de perturber gustativement tout en étant bue dans un cadre de dégustation très simple.

 

L’expérience la plus cocasse que vous ayez vécue ?

Je dirais : me baigner dans un bac à drêches avec des collègues de la brasserie.

La drêche, c’est le reste de céréales utilisées pour brasser, on les met dans de gros bacs avant de s’en débarrasser. Et des fois, quand il fait chaud on les remplit d’eau, et on se pose dedans pour se rafraîchir.

 

Votre plus grande fierté en tant que brasseurs artisanaux ?

De voir des personnes de tout âge venir nous voir et nous dire qu’ils aiment nos bières et qu’elles ont du « goût ».

 

Qu’est-ce que vous faites demain ?

On va boire un verre (ou plusieurs !) dans notre nouveau bar dans le 10e (Le Tony, au 2 bis Rue des Petites Écuries) qu’on vient d’inaugurer ! Notre bar à Pantin est fermé pour travaux et sera ré-ouvert cet été. Le projet de reprendre un bar à Paris s’est fait un peu par hasard mais on est content de l’avoir fait !

 

Vous avez le droit à un big up créa, il est pour qui ?

Je reste dans le monde de la bière, j’aime beaucoup l’identité et les canettes de Left Handed Giant.

Et hors bière (mais toujours dans l’alcool!), j’aime beaucoup l’identité du vin autrichien Gut Oggau.

 

Un conseil pour les jeunes (et moins djeun’s) entrepreneurs ?

Oser quand on est passionné, même si l’écosystème entrepreneurial français n’est pas très propice à la prise de risque. Et un autre conseil serait de savoir se faire entourer par les bonnes personnes.

 

Quinconce, ça veut dire quoi pour toi ?

C’est très personnel, mais pour moi c’est un rapport à un lieu : Bordeaux. J’y ai vécu un moment, et ça me rappelle la place et la brocante des Quinconces !

Propos de Magali Ghosn, directrice marketing & communication


Le Bar Gallia

35, rue Méhul – 93500 Pantin

Le Tony – Taproom Gallia

2 bis Rue des Petites Écuries – 75010 Paris

Gallia, c’est aussi à suivre sur Facebook et Instagram !

Posts created 20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut