Cécile Dormeau

Cécile Dormeau

Cécile Dormeau est une illustratrice française. Ses dessins traitent du quotidien des femmes qu’il soit plus ou moins glorieux, mais toujours avec humour et espièglerie ! En explorant entre autre le rapport au corps et l’acceptation de soi, Cécile démonte un à un les diktats imposés par la société. Sous ses traits, les corps de la vraie vie sont sublimés, et nous aide à relativiser sur nos complexes. Vive les poils, petits et gros seins, vergetures et brioche abdominale !

Attention, Cécile devient incisive quand il s’agit d’évoquer le harcèlement et la pression quotidienne que peuvent subir les femmes dans les lieux publics. Don’t mess with Cécile !

 

Cécile Dormeau en une phrase, un mot, une expression, un dessin ?

© Cécile Dormeau

Pourquoi être passée du milieu de la pub à l’illustration féministe ?

Parce que mon troisième CDD en Allemagne n’a pas été renouvelé. Je me suis retrouvée au chômage et j’ai cherché d’autres boulots en tant que graphiste ou directrice artistique sans rien trouver. J’ai donc commencé à illustrer à côté de ma recherche d’emploi sur ce projet que j’avais en tête : dessiner les femmes comme elles sont. Jusqu’à ce que je me dise que ça valait peut-être le coup de tenter l’aventure d’illustratrice freelance.

© Cécile Dormeau

 

Est-ce que tu reçois encore des commandes de clients à l’opposée des messages que tu fais passer à travers ton travail ? Si oui, comme quoi ?

C’est assez rare car les gens qui me contactent connaissent l’esprit de mon travail. J’ai déjà eu « On adore comment tu dessines les femmes comme elles sont, mais peux-tu la redessiner plus mince avec des fesses plus rondes, des bras plus musclés, et moins de ventre ? Pour qu’elle fasse dynamique » pour l’illustration d’une femme de 50 ans.

© Cécile Dormeau

© Cécile Dormeau
© Cécile Dormeau

Comment arrives-tu à jongler entre tes commandes et ton travail perso ?

Le travail perso, c’est les pauses du travail pour les commandes.

 

Comment trouves-tu tous les thèmes que tu abordes ?

Mes dessins sont souvent tirés d’expériences personnelles, de mes émotions, ou de personnes autour de moi. Ça peut aussi être sur quelque chose que j’ai lu, ou vu dans la rue. 

© Cécile Dormeau
© Cécile Dormeau

© Cécile Dormeau

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux femmes pour qu’elles changent de regard sur elles-mêmes ?

C’est toujours difficile de changer quand on est tellement habitués à se répéter des choses horribles sur soi qu’on en a même plus conscience. L’une des premières étapes est de prendre conscience de ces pensées, et de se rendre compte qu’elles ne nous aident pas forcément. Puis, petit à petit, commencer à se rendre compte de ce qui est positif chez nous et autour de nous, voir nos qualités, pour commencer à changer ces pensées négatives. Se poser la question sur ce qui nous définit.

Bien sûr on ne va pas passer du jour au lendemain de « Je suis une grosse merde » à « Je suis une grosse bombasse » mais il faut continuer à être patient et bienveillant envers soi-même et ses efforts, et reconnaître que le changement peut prendre du temps.

© Cécile Dormeau
© Cécile Dormeau

© Cécile Dormeau

 © Cécile Dormeau

© Cécile Dormeau

L’expérience la plus cocasse que tu aies vécue en tant qu’illustratrice freelance ?

Durant ma première année de freelance, un magazine m’a demandé d’envoyer des photos de mon atelier pour une section « les artistes et leurs ateliers ». Dans les anciens numéros, les ateliers ressemblaient à des images pinterest, avec des studios de 300m2, des plantes, des beaux mobiliers en bois. Je n’avais même pas encore de table dans mon appartement allemand à l’époque. J’ai envoyé une photo de mon ordi et d’un carnet de croquis sur mon canapé, j’ai jamais eu de réponse.

 

Qu’est-ce que tu fais demain ?

Je bosse pour le Sunday Times et un gif perso sur Tinder pour mon Instagram, et après je vais boire un vermouth 😉

 

Tu préfères faire des dessins misogynes pour le reste de ta vie ou te prendre une olive à chaque fois que tu dis « oui » ?

Oui. OH.

 

Une expo/un lieu/un plat/une chanson/… qui t’a donné des palpitations ?

Survivor des Destiny’s Child.

© Cécile Dormeau
© Cécile Dormeau

Quinconce, ça veut dire quoi pour toi ?

Selon le-dictionnaire.com : groupe de cinq arbres dont quatre sont plantés en carré et le cinquième au milieu.

 

T’as le droit à un big up créa, il est pour qui ?

Tara Booth

 

Un conseil pour les jeunes (et moins djeun’s) entrepreneurs ?

Le début est toujours difficile, que ça soit au niveau financier, trouver des clients, comprendre la paperasse, j’en ai pleuré plus d’une fois en voulant tout abandonner. Il faut savoir rester patient et ne pas se décourager, et savoir rebondir si un échec arrive.

© Cécile Dormeau

 

Un prochain projet qui arrive ?

Je pars m’installer à Barcelone !


Ici, un extrait d’une des conférences à laquelle Cécile a participé (in english please) : Nicer Tuesdays

Pour la suivre sur instagram, c’est par ici !

Pour acheter la super BD qu’elle a illustrée (sur l’histoire de la Mode), c’est par là (textes de Juliette Ihler) !

Posts created 20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut