Les Herbes Hautes

Les Herbes Hautes

Hélène, ancienne architecte et Eloyse ancienne paysagiste, forment à elles deux Les Herbes Hautes. Dans la fleur de l’âge, elles décident toutes deux de retrouver un métier avec du sens, connecté à la nature. C’est décidé, elles seront fleuristes. Rhododendron, jasmin, lilas deviennent alors leurs nouveaux collègues de bureaux ! Fortes de leurs expériences, Hélène et Eloyse parviennent à mélanger un savoir-faire technique à une bonne dose d’esthétisme pour nous apporter des petits bouts de nature dans nos vies parfois trop urbaines. Rencontre avec deux fines fleurs.

Les Herbes Hautes en une phrase, un mot, une expression, une fleur ?
« Toujours plus d’eucalyptus »

Les Herbes Hautes, pourquoi ce nom ?
Une expression qu’Hélène (l’une des associée) avait eu pour décrire le style de nos compositions florales… nous avons gardé ce nom.

Les Herbes Hautes

Pourquoi les fleurs comme moyen d’expression ?
Parce que nous sommes passionnées depuis toutes petites par la nature et le monde végétal, que nous étions architectes et ingénieures paysagistes de formation… nous avons donc cela dans le sang !

Les Herbes Hautes

Quelles sont vos sources d’inspirations ?
Les peintres du 18e siècle comme Watteau, Vigée-Lebrun, Nicolas Poussin et Redoutée pour leurs peintures de paysages, natures mortes et compositions florales… mais aussi des paysagistes tels que Piet Udolf, Gertrude Jekyll ou encore Jorn de Precy… sans compter la nature elle-même, source intarissable d’inspiration !

Les Herbes Hautes

Comment vos anciennes carrières d’architecte pour l’une et de paysagiste pour l’autre, influent sur votre profession d’aujourd’hui ?
Nos anciennes professions nous servent à mieux appréhender les espaces pour lesquels nous devons proposer des fleurissements. Grâce à cela, nous pouvons mieux dimensionner, composer et disposer nos créations. Cela nous aide aussi beaucoup dans l’agencement des fleurs, leurs formes, leurs couleurs, leurs associations,… Enfin, cela nous permet de créer des dispositifs plus imposants (arches, lustres, murs fleuris,…) car nous pouvons dimensionner, dessiner et concevoir nous mêmes les structures dont nous avons besoin. Nous avons aussi quelques compétences de créa qui nous servent pour notre site internet, nos catalogues, cartes de visite et flyers que nous créons nous mêmes.

Les Herbes Hautes

Qu’est-ce qui vous a amené à créer Les Herbes Hautes ?
Nous avions du mal à vivre le monde du travail en tant qu’employées et nous souhaitions sortir des open spaces pour retourner à nos premières amours : les mains dans la terre et dans les fleurs.

L’expérience la plus cocasse que vous ayez vécue en tant que fleuristes ?
Sur la désinstallation d’un mariage en Bourgogne, je (Eloyse) me suis faite électrocuter par un branchement hasardeux. Nous nous en sommes tirées avec une grosse frayeur et un départ du lieu en fanfare dans le camion des pompiers alors que tous les invités arrivaient pour le brunch !

Les Herbes Hautes

Comment expliquez-vous le retour en force de l’artisanat ?
Après la course aux diplômes et aux bullshit jobs, les trentenaires semblent avoir besoin de revenir à des métiers qui ont du sens et une réalité… L’artisanat leur permet de répondre à ce genre d’attentes.

Vous préférez faire des bouquets de Stapelia grandiflora​ (plante qui sent la charogne) ou faire des couronnes de tête, avec des ronces, sans gants ?
Ni l’un ni l’autre, nous aimons les défis mais nous ne sommes pas masochistes.

Les Herbes Hautes

Qu’est-ce que vous faites demain ?
Je (Eloyse) vais à Rungis pour acheter les fleurs et matériels nécessaires au mariage que nous fleurissons samedi et aux ateliers que nous assurons pour le grand public. J’assurerai aussi un atelier terrarium dans l’après-midi.
Hélène, qui se charge de la communication, met à jour le site internet et modifie nos cartes de visite.
Élise, notre bras droit, réalise des devis et assure des rendez-vous, elle m’aidera aussi à préparer le mariage de samedi.

Les Herbes Hautes
Modèle de couronne éternelle, en collaboration avec @lorafolk – Photo @zoefidji

Quinconce, ça veut dire quoi pour vous ? (Pour nous ça veut dire beaucoup)
Cela nous évoque quelque chose de bien rangé mais pas aligné… comme les calepinages de dallages que nous concevions quand nous étions architectes et paysagistes… désolées pour la déformation professionnelle !

Un conseil pour les jeunes (et moins djeun’s) entrepreneurs ?
Soyez organisés et persévérants… Le reste se fera tout seul.

Les Herbes Hautes

Une expo/un lieu/un plat/une chanson/… qui vous a donné des palpitations ?
L’exposition Joan Miro au Grand Palais qui se termine en février et qu’il faut absolument aller voir.

Vous avez ​le droit à un big up créa, il est pour qui ?
Malouin-Malouine , une marque de vêtement tenue par une copine, graphiste de formation, malouine de naissance, et dont l’identité est géniale !

Vous avez un prochain projet qui germe à nous faire partager ?
Suite à notre déménagement dans un atelier plus grand, nous pouvons enfin proposer tout un panel d’ateliers destinés au grand public pour apprendre à réaliser des terrariums, des globes fleuris, des couronnes de fleurs,… sans compter un potentiel e-shop pour nos accessoires de fleurs éternelles ! Affaire à suivre !

Les Herbes Hautes

Pour solliciter les services des Herbes Hautes, c’est par ici ! Et Pour suivre leurs superbes réalisations sur Instagram, c’est par là !
Photo en tête d’article par Robert J Hill.

Les Herbes Hautes par Fabien Courmont
Les Herbes Hautes par Fabien Courmont
Posts created 20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut